Accueil > La Société > Vie de la société > En visite à Saint-Marcet

En visite à Saint-Marcet

Un bel ensemble médiéval

dimanche 21 octobre 2018

C’est avec une douceur presque estivale que le samedi 20 octobre les membres de la Société des études du Comminges ont visité le patrimoine de Saint-Marcet, guidés par M. Jean-Marc Fontan, propriétaire du château, passionné du patrimoine architectural médiéval et de sa restauration.

La visite a commencé par une découverte de la halle médiévale, remarquablement conservée malgré ou grâce à ses utilisations et aménagements successifs. Elle doit faire l’objet, en 2019-2020, d’une restauration à l’initiative de la municipalité, qui la rétablira dans ses volumes et permettra d’en lire mieux l’architecture et d’en redécouvrir l’élégance. Véritable découverte pour certains participants, cette halle témoigne de l’intense activité commerciale à Saint-Marcet aussi connue à travers le leudaire (tarif des taxes sur les produits vendus) publié et commenté par Decap dans la Revue de Comminges.

Puis le groupe a suivi Germain Monfort dans la découverte de l’église et d’une intéressante, mais fort peu documentée, statue hommage aux poilus de 14-18 qui fait office de monument aux morts dans le narthex. On aura pu observer, non sans inquiétude, l’état dégradé de certains murs en raison d’une humidité chronique liée à de malheureuses restaurations ayant privilégié le ciment à la chaux pour les enduits tant intérieur qu’extérieur. De l’extérieur, chacun a pu admirer le remarquable clocher hexagonal qui demeure d’un état antérieur de l’église (XVe-XVIe siècles ?)

Attentif aux commentaires éclairés de son guide, le groupe a ensuite gagné le château et pu admirer l’extraordinaire travail de sauvegarde et de restauration en cours. L’emprise du château est dégagée, les murs en élévation consolidés, la petite chapelle relevée ! Jean-Marc Fontan a brossé un rapide mais éclairant tableau des états successifs du château et en particulier de sa déconstruction méthodique depuis son désarmement par ordre de Louis XIII jusqu’aux bouleversements du XXe siècle, quand un propriétaire peu soucieux du patrimoine en fit une carrière de matériaux et une plantation de résineux.

Une sympathique collation a permis de poursuivre les échanges auprès de la chapelle tandis que le soleil déclinait au ponant.

Partager