La SEC à Bérat le 7 novembre 2019

L’air était un peu frais ce samedi 7 novembre au matin sur la place du marché de Bérat, non loin de la mairie, où les membres de la Société des études du Comminges avaient rendez-vous. Heureusement l’accueil chaleureux de nos guides du jour – Alain Large, Yvan Dupuy et Jean-Christophe Sanchez – introduisit le riche programme à la découverte du patrimoine de Bérat qu’ils nous avaient concocté et fit oublier le frimas d’automne.

Yvan Dupuy – Jean-Christophe Sanchez – Alain Large

Sous la conduite d’Alain Large, la visite-promenade commença par l’évocation de la sauveté de Bérat et de son prieuré dépendant de l’abbaye de Lézat, mentionné dans le cartulaire de cette abbaye dès le Xe siècle. Jean-Christophe Sanchez proposa ensuite à la réflexion des participants des éléments d’une géohistoire de la commune. Nous étions devant l’école des filles dont le chantier de construction permit la mise à jour d’éléments d’architecture très anciens attribués au château tout comme les traces d’un fossé défensif. 

La visite se poursuivit par la découverte de plusieurs maisons remarquables du centre du bourg : la maison Savès, l’hôtel Derrac – qui permit le récit truculent de l’affrontement des « culs rouges » et des « culs blancs » sous la Troisième République – la maison Dassié (Papus), la maison Faure, La Ménardière (Laguens).

Revenu sur la place, le groupe découvrit le presbytère et l’église. L’église actuelle, bâtie sur l’emplacement d’un édifice plus ancien, est édifié au début du XVIe siècle. Elle jouxte le bâtiment du prieuré-presbytère, récemment restauré, qui abrite des services (bibliothèque, poste, salles municipales) et 2 logements.

Visite de l’église de Bérat

L’église impose sa grande taille. Ses murs de briques et galets témoignent des remaniements passés, surtout au XIXe siècle :

– Chapelles latérales sans doute effondrées et rebâties. Trois sont ajoutées, dont deux en 1846 ;

– Entrée principale déplacée : du mur sud au nord avant le XIXe siècle, puis du nord à l’ouest, avec construction du porche en 1850 ;

– Clocher édifié sur une base ancienne, payé par 22 propriétaires bératais (1851) ;
– Surélévation importante de la nef et du chœur, vers 1870 : on remplace le plafond de bois en très mauvais état par une voûte.

Autel peint par Jacques Fauché

Une chapelle, récemment restaurée, présente un autel peint par l’artiste Jacques Fauché (1927-2013) que présenta en détail Yvan Dupuy, membre de Savès-Patrimoine. D’autres éléments remarquables sont présents. Les peintures au pochoir datent de 1930. Les vitraux du chœur sont signés Chalon et Gesta (fin du XIXesiècle). Au niveau du mobilier, l’église possède deux retables sculptés, en chêne, du XVIIe siècle (classé MH 1933), un maître-autel provenant de l’abbaye des Feuillants, les stalles du chœur provenant du couvent de Longages, ainsi qu’une vierge en bois polychrome du XVIe siècle (classée MH 1988) conservée dans la mairie avec d’autres objets remarquables. Paul-Marie Blanc, maire de Bérat, nous a alors rejoints et présenté les actions de sa municipalité au service du patrimoine.

Drap mortuaire de la Libre Pensée

Alain Large exerce depuis plusieurs années la fonction d’archiviste bénévole de la commune de Bérat. On lui doit un remarquable travail de classement, d’inventaire et conditionnement des documents qui peuvent être conservés et consultés sur place. Les participants ont ainsi pu admirer l’exceptionnelle restauration du compoix de Bérat. Alain Large a aussi présenté un drap mortuaire de l’association locale de Libre Pensée retrouvé dans une maison bérataise et remis à la ville pour conservation. Après cette visite riche en découvertes, les participants ont quitté le centre du bourg pour rejoindre la brasserie artisanale LaBiérataise où nous partageâmes un délicieux repas, entièrement dédié à cette production locale dont nous avons découvert les secrets de fabrication lors d’une visite très pédagogique et appréciée de tous, à l’image de cette belle journée en Savès. 

Visite de la brasserie la Biérataise

Vous aimerez aussi...