Fernand Mariande (1931-2019)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès du « dernier des frères convers » de l’abbaye de Bonnefont, Monsieur Fernand Mariande. Ses obsèques ont eu lieu le mercredi 9 janvier 2019 en l’église de Sepx. La Société des études du Comminges s’est associée à l’hommage qui lui a été rendu. 

« Quel visiteur ne se souviendra pas de l’accueil que lui a réservé Fernand Mariande lors d’une visite des vestiges de Bonnefont ? Aucun assurément parmi ceux qui l’ont rencontré à l’abbaye. Notre guide ne comptait pas son temps pour raconter l’histoire du monastère qu’il connaissait très précisément, de la fondation jusqu’à son devenir récent. Un récit qui plaçait Bonnefont au centre d’un monde rayonnant comme si toute l’Histoire n’était qu’accessoire, périphérique, sorte de support nécessaire au développement de la pensée cistercienne. La visite se terminait toujours par une invitation à déguster un petit verre de vin doux.
Fernand Mariande [était] né en à Sepx le 17 juin 1931. Il avait grandi sur les terres défrichées par les Cisterciens pour s’y enraciner profondément et y puiser toute la substance de sa vie. Maire-adjoint de Sepx, il est présent dès 1982 aux côtés des fondateurs de la nouvelle Association de Sauvegarde de Bonnefont qui va bientôt acquérir le domaine avec la Société des Études du Comminges. Lorsque le dernier objecteur de conscience quitte le site au début de l’année 1998, se pose le problème du gardiennage et de l’entretien du jardin. Monsieur Mariande assurera alors une présence quotidienne pour la surveillance du site, l’accueil des visiteurs et l’entretien courant avec une ténacité hors du commun. L’herbe du cloître ne dépassera jamais plus de 4 cm de hauteur ! Le carnet de bord fait état, jour après jour, du nombre de visiteurs jusqu’à ce qu’un accident de santé, survenu le 12 novembre 2007, impose à Fernand de prendre du repos. Depuis lors, notre ami [vivait] une paisible retraite au presbytère de Mazères-sur-Salat.
Nous rendons hommage à ce dévouement humble et profond d’un homme qui a été, en quelque sorte, le dernier des frères convers de l’Abbaye de Bonnefont. »

Extrait de l’article de M. Gilbert Gayraud, président de l’Association pour la Sauvegarde de l’Abbaye de Bonnefont, paru dans L’abbaye cistercienne de Bonnefont en Comminges, Société des études de Comminges, 2010.

https://www.ladepeche.fr/2019/01/26/fernand-la-memoire-du-village-nous-a-quittes,7976276.php

Vous aimerez aussi...